Tuto: comment réaliser un angle …

Pour réaliser une trousse carrée, un tote bag ou une besace,  il faut parfois créer un angle droit pour donner du volume. Il existe différentes façons de faire ; couper directement les angles et dans ce cas, il n’est pas toujours facile de superposer les deux angles si le tissu est trop épais, soit créer son angle, le coudre puis couper. J’utilise plutôt la deuxième méthode. Et jusqu’à présent je jouais de la règle et de l’équerre pour obtenir de beaux angles. Une idée de génie (n’ayons pas peur des mot 😉 ) a germé dans mon esprit. J’ai réalisé des petits gabarits d’angles et maintenant plus besoin de me battre avec mon matériel et je gagne du temps.

Il suffit de se souvenir de ses cours de géométrie, de tracer un triangle rectangle isocèle de la hauteur souhaitée ( pas d’inquiétude les photos suivent 😉 ) Sachant que pour un angle de 8 cm il faut faire un triangle de 4 cm de hauteur. Sans équerre, on peut le réaliser uniquement à partir de pliage.

Je positionne mon gabarit sur l’angle de mon tissu en faisant bien attention que la couture centrale corresponde à la hauteur de mon triangle (en pointillé), ensuite je fixe mon gabarit sur l’angle à l’aide d’une pince.

Il ne me reste plus qu’à coudre le long de la base du triangle.

Et voilà !

Si mon article vous a aidé n’hésitez pas à laisser un petit commentaire cela fait toujours plaisir de vous lire 😉

Tuto: flex mania deuxième… les brillants

image1Me revoilà pour vous parler d’une autre catégorie de flex: ceux qui brillent, qui accrochent la lumière et que les filles adorent. Ceux plein de paillettes, avec des effets miroirs et qui transforment une réalisation simple.

Il est difficile de juger du rendu final en regardant la feuille de flex avec son plastique de protection qui atténue le brillant mais le résultat laisse une belle surprise.

  • Le « bling bling » un flex un peu épais qui brille beaucoup et laisse des étoiles dans les yeux des petites filles… et des plus grandes ! Au touché, ce flex est assez rugueux. on sent les paillettes sous les doigts.La découpe est assez facile mais l’échenillage plus complexe car les traits de coupe ne se voient pas beaucoup.

J’ai essayé de le fixer sur du coton, sur du simili et sur un twill (sergé avec de l’élasthanne) et le rendu est juste magnifique.

image4

image3image6

Voici les paramètres de découpe que j’utilise : lame 3, vitesse 4 (à varier en fonction des détails du motif à découper) épaisseur 31.

  • Le « galaxy » un flex épais mais moins que le Bling bling. Il contient plein de toutes petites paillettes comme une poudre. Le toucher est assez doux mais l’échenillage assez complexe, surtout quand on n’a pas de bons yeux, car les traits de coupe sont très peu visibles.

image2

Les paramètres de découpe que j’utilise : lame 2, vitesse 4 (à varier en fonction des détails du motif à découper) épaisseur 29.

  • Le « Confetti » : ce flex, lisse et fin, est composé de confettis étincelantes. Il existe en peu de couleur. Je ne l’ai pas encore testé mais cela ne serait tarder

image5

 

Flex Transfer-Id

Tuto Flex mania: première!

Depuis quelques temps, j’utilise de plus en plus de flex pour agrémenter mes créations. Le flex est une matière plastique qui se présente sur un support transparent. Il en existe de toutes les couleurs, brillants, à paillettes, texturé, velours (le flock) de quoi faire plaisir à tout les goûts, toutes les envies.

Il s’achète par feuilles ou en rouleau d’un mètre, ce que je trouve le plus intéressant.image1

On peut ainsi découper uniquement ce dont on a besoin et faire des motifs en longueur comme sur cette gigoteuse japonisante.

Image10

J’aime l’utiliser avec d’autres techniques comme les appliqués et sur différentes matières (cotons, simili cuir, jersey).

Je me fournis chez Transfer-Id, c’est pourquoi je leur ai proposé un partenariat. Grâce à cela j’ai pu recevoir plusieurs flex.

Pour aider les moins téméraires à se lancer dans la « flex attitude » j’ai décidé de vous faire une série d’articles sur le sujet.

Je vais commencer par vous présenter les flex classiques, les plus simples d’utilisation.

Dans cette catégorie :

  • le « hotmark » que j’appellerai la star des flex, simplicité de découpe, de pose, et un grand éventail de couleur allant du blanc au noir mais aussi du bronze, doré, argenté et autre couleur nacrée ou satinée.

Image1

Iron man réalisé en hotmark noir, blanc, doré

Voici les paramètres de découpes que j’utilise : lame 1, vitesse 4 (à varier en fonction des détails du motif à découper) épaisseur 16.

  • Le « quick flex » pour les impatients, il s’échenille à chaud, donc par besoin de faire la danse de la joie devant son flex en attendant de pouvoir soulever le support ! Il est un peu plus fin et élastique que le hotmark et l’échenillage pour les tout petits détails est plus délicat. Lorsque je le positionne sur la feuille de transport de ma Caméo, je scotch la feuille car elle n’adhère pas bien et se déplace lors de la découpe.

J’utilise les mêmes paramètres de découpes que pour le hotmark. Sa tenue est peut être moins bonne que pour le hotmark.

Image5

ourson réalisé en Quick flex marron

  • le « sun mark » est un très bon produit pour les supports qui ne peuvent pas être trop chauffés comme le simili ou les enduits. Sa textures est plus épaisse et pas extensible et donne un très beau résultat. Contrairement  au hotmark, Après la pose, on sent une différence d’épaisseur au touché.

Image40

Il existe d’autres flex de cette catégorie que je n’ai pas encore testé comme le Firstmark, l’Easyweeding, le Allmark. je ferai des Edits au moment voulu.

J’ai tâtonné pour trouver les meilleurs réglages de lame car chaque type de flex à sa particularité.

Tuto pour poser un zip avec et sans pied spécial

Un nouveau petit tuto technique du soir! A croire que je ne peux pas en faire à un autre moment de la journée.

Alors je vais d’abord vous montrer comment réaliser une jolie pose de zip sans zip invisible mais avec un rendu discret.

Il faut donc un pied pour FE classique, une FE classique, votre tissu et une machine à coudre.

Image1

Dans un premier temps, il faut décaler son aiguille vers la gauche.

Avant:

Image4Après:

 

Image5

Ensuite, il suffit de positionner sa FE sur son tissu et roule ma poule!

Image6

L’aiguille se plante très proche des dents de la FE sans les toucher.

Image7

Et voilà le résultat: la fermeture n’est pas invisible mais très discrète.

Image8

Maintenant passons à LA pose de FE invisible.

Ne fuyez pas, c’est pas plus compliqué que la précédente, il faut juste avoir le pied qui va bien, une FE invisible et toujours une machine à coudre!

Image9

Sans changer la position de l’aiguille et juste en soulevant un peu les dents de la FE avec le doigt, glissez le pied spécial FE invisible.

Image10Image11

Ensuite, un point droit dans le creux, sous les dents de la FE et le tour est joué.

1er côté:

Image12

et le 2ème: A part le curseur rien n’apparaît! c’est magique!

Image13 Alors c’est pas sorcier!

Si mon tuto vous a plu (ou pas!) n’hésitez pas à laisser un petit commentaire cela fait toujours très plaisir de vous lire.

machine à coudre Pfaff 2134

FE du stock donc pas assorti au tissu

 

 

 

 

Tuto: comment réussir ses appliqués en simili

Alors je crois que vous commencez à connaitre ma passion pour les appliqués en tout genre. Et depuis quelques temps, ceux en simili pleuvent sur le blog. Je suis dans une phase simili, allez savoir pourquoi!

Alors voilà un petit tuto pour être sûre de réussir l’appliqué en simili.

Il faut un peu de matériel:

du simili!, un joli motif à appliqué, du thermocollant double face, un fer à repasser, une feuille transparente (j’utilise les feuilles de thermocollant, c’est mon côté recyclage), un pied à appliqué (facultatif mais tellement pratique), du fil (de la couleur de l’appliqué) et bien sur une machine à coudre.

Pour commencer, thermocoller le simili avec le double face, en prenant garde de ne pas le faire fondre.

Image1

Ensuite, découper votre motif. Je le fais à la silhouette (avec une lame réglée à 8 épaisseur 33 et vitesse 5)  Pour cela, je laisse mon papier de thermocollant que je positionne sur la feuille de transport.

Image2

mais il est tout à fait possible de le faire à la main.

Une fois mon motif prêt, je le thermocolle sur mon simili (une future pochette). Pour cela je retourne mon motif sur la table à repasser et je positionne ma future pochette par dessus toujours à l’envers. je repasse donc le tout sur l’envers.

Pour obtenir cela.Image3

Maintenant place à la couture!Image4
Image5

Avec le pied ouvert, je couds à 1 mm du bord tout autour de l’appliqué. Pour certaines zones plus sensibles, comme les pattes de la grenouille, j’utilise le papier de mon thermocollant que je positionne sur l’appliqué pour stabiliser le simili car malgré le thermocollant, l’aiguille peut faire se décoller l’appliqué.

Image6

Et voilà le résultat

Image7Image8

Simili Euro tissu

Vliesofix thermocollant 2 faces Buttinette

grenouille du net

bande_pour article_blog-10

Tuto: le BandaBavouille

Voici le petit tuto pour réaliser un bavoir chic pour bébé baveur.

Image4

bandabavouille

Les marges de couture de 0.7cm sont comprises.

Le petit plus de ce bavoir c’est qu’il est entièrement réversible car aucune couture n’est apparentes

J’espère que ce petit tuto vous ira. 😉

Bonne couture

J’ai oublié de vous dire de faire une surpiqûre à 2 mm du bord pour bien finir le bavoir sans faire de couture à main pour fermer l’ouverture. la petite astuce est de bien repasser son bavoir avant de faire la surpiqûre afin d’écraser au mieux les coutures.

Tuto: Comment réaliser un biais, le poser et cacher ses extrémités…

Me revoilà avec un petit tuto!

Tout d’abord le matériel: Il faut du tissu dans lequel je coupe dans le biais, une règle ou un gabarit (j’ai coupé un morceau de plastique rigide de 35mm de large, c’est plus rapide à utiliser qu’une règle!), un appareil à biais (merci Sandra!), une paire de ciseaux et bien sur un fer à repasser.

Image1

 

Je coupe le tissu dans le biais à l’aide de mon gabarit.

 

Image2

 

J’assemble ensuite les différentes bandes pour ne former d’une longue bande de biais.

 

Image2b

 

A l’aide du fer j’ouvre et écrase toutes les coutures.

 

Image4

 

Ensuite à l’aide de mon appareil à biais et de mon fer je plie mon biais (je le réalisais il n’y a pas si longtemps que ça en sautant cette étape, mais le résultat est plus joli et régulier ainsi.

 

Image3

 

Image5

 

Puis je positionne mon biais sur le bord de mon ouvrage. J’ai découvert ces petites pinces covers idéales pour les enduits.

Image6

 

Après, je couds au niveau du pli du biais.

 

Image7

 

Lorsque j’arrive à la fin de mon biais, je joins les deux extrémités.
Image8

 

Et je couds comme si elles ne formaient qu’un.

 

Image9

 

Image10

 

Enfin, je m’occupe de la deuxième couture du biais. Sur l’image on devine la jointure des deux extrémités du biais.

Image11

 

Le biais doit arriver à raz de la première couture pour être sure que les coutures se fassent bien sur le biais.

Image12

Et voilà le résultat aussi beau devant que derrière et l’on ne voit presque pas où commence le biais 😉Image13

 

tissu Buttinette et enduit Ma petite mercerie

appareil pose biais et pinces cover Rascol